Dessin original d'Elodie Oliveira exposé à l'A Torra

Entretien : Elodie Oliveira, illustratrice

Comment mieux explorer Tours qu’en donnant la parole aux tourangeaux ! Artistes, passionnés, entrepreneurs, chaque mois j’espère vous parler de projets et de personnes qui font une différence dans notre ville. Oui, le 31 ça compte encore ! Aujourd’hui je vous présente Elodie Oliveira. Elle fait partie de ces nombreux artistes à plusieurs chapeau, qui mènent plusieurs activités de front. En plus d’être professeure, elle est aussi illustratrice. Je suis allée la rencontrer à l’occasion de sa dernière exposition : Encre de Fille.

Quel est votre parcours ?

Elodie Oliveira : J’ai fait les Beaux Arts puis une fac d’arts plastiques et il m’a fallu quelques années pour passer le concours de professeur. Pendant toutes ces années, j’ai exploré plein de pratiques artistiques différentes. Je faisais essentiellement de la vidéo mais aussi de la peinture. J’ai pas totalement abandonné tout ça mais je suis revenue à ce que je fais de mieux et que je préfère : le dessin.

Est-ce que vous exposez souvent ?

Elodie Oliveira : Quand j’étais étudiante. J’étudiais à Bordeaux et j’avais une association avec des copines, on faisait des expositions collectives selon des thèmes chez des particuliers. C’était notre petit concept. J’ai aussi exposé seule mais souvent on le faisait ensemble. Puis je suis devenue prof et j’ai arrêté. Quand j’ai commencé le métier, j’avais plus du tout le temps d’avoir cette activité à coté. J’ai repris il y a deux ans et maintenant je suis plus que sur du dessin.

Tous ces visages de filles m’interrogent. Je lui demande quelles sont ses inspirations :

Elodie Oliveira : En fait je pioche pas mal dans les magazines féminins, dans les images de mode. Une image va me parler parce qu’elle est rigolote ou parce qu’elle est séduisante : c’est souvent une attitude. Ensuite je vais mixer une idée que j’ai en tête avec un image qui lui correspondrait bien. Au final, on s’éloigne pas mal de l’image de mode de départ. Je suis assez “image-ovore”, j’aime piocher. J’aime bien les années 60, [La Fille à la Pomme et La Fille au Révolver] sont plus inspirés de l’univers d’Hitchcock par exemple. J’aime les choses qui font une peu ancien, même pour les cadres, ils sont tous chinés.

Après je m’inspire pas mal d’illustrateurs plus que d’autres artistes. Il y deux illustrateurs que j’aime beaucoup et que j’ai découvert il n’y a pas longtemps : Paula Bonet, dont le travail est superbe, et Conrad Roset qui fait aussi des illustrations féminines à l’encre. Je ne me sert pas de leurs dessins comme inspiration mais leur univers me parle, celui de Roset ressemble beaucoup à ce que je fais. Après pour les artistes plus classiques, je dirais Egon Schiele pour les nus, et Ingres, pas dans ses tableaux mais dans ses dessins.

Dessin d'Elodie Oliveira

 

Comment avez vous choisis les dessins pour l’exposition ?

Elodie Oliveira : Il n’y a pas tous mes dessins mais une grande majorité. Ceux que je n’ai pas pu prendre, c’est soit parce que je les ai vendus, soit parce que je les garde. Il y en a que j’affectionne particulièrement et que je refuse de vendre. Je les ai exposés plusieurs fois et maintenant ils ont trouvés leur place chez moi. Après il y en a quelques uns de très récents, faits pour l’occasion : ce sont les grands formats comme La Fille au Tatouage. Plus ça va et plus je souhaite me débarrasser du petit format pour aller vers des grands. Et puis il fallait remplir ce lieu qui est déjà tellement habité, on n’est pas dans une galerie avec des murs blancs. Mais ça s’accorde bien, mes cadres vont avec le lieu du coup.

Certains de ses originaux sont en vente mais il y aussi possible de se procurer des reproductions de très bonnes qualités :

Elodie Oliveira : J’en vends sur le site Etsy. Ça ne concerne pas tous les dessins. Il y en a peut-être une quinzaine. Certains dessins sont différents, il y en a que je n’ai pas exposé ici. Les tirages sont limités à 10 exemplaires signés et numérotés.

Enfin, la question Projet Tours : Quel est votre lieu préféré à Tours ?

Elodie Oliveira : Le premier lieu qui me vient à l’esprit c’est la gare ! J’habite à côté et j’y passe quasiment tous les jours. Elle est belle et j’aime l’atmosphère qui y règne, entre les voyageurs qui grouillent, le kiosque ou j’achète mes magazines, le petit marché bio du vendredi soir et le piano ou on peut écouter des anonymes talentueux. Je ne m’en lasse pas ! Sinon quand les beaux jours arrivent, j’aime le festival Aucard à échelle humaine et convivial, le marché de Velpeau le dimanche, et la guinguette ! Question culture, j’aime les Studios et surtout manger un bout dans leur cafet’ avant un film, et les expos du Château de Tours qui a une belle programmation en lien avec le Jeu de Paume.

Merci à Elodie pour sa participation ! L’exposition Encre de Fille a lieu jusqu’au 25 avril à A Torra, bar à vins place de Châteauneuf. Retrouvez le travail d’Elodie sur Etsy et Facebook. // Au passage, je vous conseille ce super article sur le concept l’artiste « slasheur ».

Dans la même catégorie : |

%d blogueurs aiment cette page :