Piers Faccini, Simone Prattico et Malik Ziad

Piers Faccini : l’interview voyage

Piers Faccini a sorti en 2016 l’album I Dreamed an Island, un titre qui donne déjà envie de mettre les voiles. Dans ses chansons, il mélange les langues et les influences, changeant souvent de destination sur le chemin de son île. Parce qu’on pourrait les entendre dans sa musique, j’ai décidé de lui poser quelques questions sur ses derniers voyages.

 

Projet Tours : Si on faisait une carte des lieux qui influencent votre musique, qu’est-ce qu’on retrouverait dessus ?

Piers Faccini : La Méditerranée. Mais une Méditerranée imaginée, le long des siècles. C’est autant une allusion à ce qui se passe aujourd’hui qu’au mouvement des peuples en remontant les siècles. On imagine la Sicile, l’Afrique du nord, le désert, la Crète, la Grèce, la Turquie, le nord de l’Italie, l’Espagne. Je navigue entre ces endroits là sur l’album.

 

piersfaccini3

 

Projet Tours : Donc c’est une carte qui évolue encore, qui raconte une histoire ?

Piers Faccini : C’est une histoire. J’ai essayé d’imaginer des chansons qui seraient des représentations de mes origines. Toutes ces langues qu’on entend sont associées à mes origines en remontant l’histoire de ma famille. Mais elles sont propres à beaucoup de gens en Europe, surtout autour de la méditerranée, même s’ils ne le savent pas. Ce que je mets dans ma musique, c’est cette histoire de nous avons en commun. Prenons l’exemple de la Sicile. Au XIIème siècle, les langues officielles de la cour de Palerme, la capitale de la Sicile, étaient le grec, le latin et l’arabe. Les rois chrétiens parlaient grec, arabe et latin. Dans les églises, on trouve des scriptes hébraïques, on trouve des inscriptions qui précédemment étaient dans des mosquées, avant que la mosquée ne devienne une cathédrale et inversement. C’est ça qui m’intéresse en fait, c’est cette transformation.

 

Être de passage

 

Projet Tours : En tournée, vous avez l’occasion de découvrir un peu les villes que vous traversez ?

Piers Faccini : Parfois. Ce mois-ci, on a fait une tournée aux Etats Unis et on est quand même restés quatre jours à New York. On a eu la possibilité de se balader, de voir des amis. Aujourd’hui, c’est un cas typique, c’est le contraire. On ne va même pas voir Tours. On est arrivé directement à la salle et demain matin on prend un taxi jusqu’à la gare pour aller jouer à Paris. C’est assez souvent comme ça quand on est en tournée. À Glasgow en Ecosse, c’était un peu pareil, on était de passage. On a juste mangé un très bon fish and chips, ce qui est quand même bien.

 

piersfaccini4

 

Lancé par le souvenir de ce fish and chips, il me raconte ses deux grands plaisirs en tournée : les repas et ceux avec qui il les partage.

Piers Faccini : On est très privilégiés en tant que musiciens. On va visiter beaucoup de pays différents et parce que les gens aiment ce qu’on fait, on est comme des invités d’honneur. Ils nous font à manger, ils nous racontent des histoires. On partage des choses parce que la musique nous donne cette intimité. Il y a plein de fois où les rencontres sont tellement profondes qu’on a l’impression d’avoir vécu quelque chose qu’un touriste n’aurait pas pu connaître. Quelqu’un va t’emmener manger quelque chose que tu n’aurais jamais trouvé tout seul, même avec la meilleure application du monde. Quand on voyage, on essaie toujours de manger quelque chose qui est propre au lieu. C’est pas toujours évident [son batteur, Simone Prattico, surenchérit : “C’est rarement évident !”]. Le meilleur endroit pour manger en tournée en Europe, c’est l’Italie. L’Angleterre aussi, contrairement à ce que pense les français.

 

« On partage des choses parce que la musique nous donne cette intimité »

 

Projet Tours : Quelle est votre ville préférée dans laquelle vous avez tournés ?

Piers Faccini : Peut-être New York, c’est vraiment l’une de mes villes préférées. On tourne là bas depuis 2 ans maintenant. On a un public là bas alors on y reste souvent. C’est une ville que j’aime beaucoup, elle est très intéressante. Même la façon dont les gens sont, leurs moeurs, leurs habitudes, leur façon de communiquer. Il y a quelque chose qui m’est familier. Elle est à la fois très nouveau monde et très européenne. Parce que quand on va à Los Angeles, le vieux monde, on ne le sent plus.

 

piersfaccini61

 

Son coup de cœur pour New York rappelle son goût pour la transformation et tous les indices qu’elle laisse derrière elle.

Piers Faccini : À New York, j’adore l’architecture. C’est extraordinaire de marcher le long des rues et des avenues et de voir cette architecture assez étrange et fantastique. Dans un bloc, il va y avoir une église du XIXème à côté d’un gratte-ciel d’il y a 20 ans. C’est des styles différents et des époques différentes complètement mélangés. On a pas l’habitude de voir ça ici donc ça fait un petit peu schizophrène. Mais en même temps, c’est un style que j’aime beaucoup.

 

Projet Tours : J’ai vu dans un magazine cette semaine que vous aviez vécu quelques mois à Tours, vous en gardez quelques souvenirs ?

Piers Faccini : En fait, j’y ai passé trois ans et demi de mon enfance, entre six et neuf ans. C’est pour ça que je parle français avec un accent pas très anglais. C’était en Touraine, à une demi heure d’ici, près de Chenonceau. Je m’en rappelle très bien. On vivait dans un petit village, c’était la fin des années 70. C’était il n’y a pas si longtemps que ça et pourtant les choses ont énormément changées. Beaucoup de gens n’avaient pas la télé. Les gens parlaient un patois du coin. Nous, on était des étrangers, mais je trouvais ça intéressant. C’était un peu des ovnis pour nous. J’ai des espèces d’images en tête qui sont vraiment d’une autre époque. Je pense au fermier qui laboure ses champs avec son cheval.

 

Projet Tours : J’ai l’habitude de demander aux tourangeaux, pour terminer, quel est leur lieu préféré à Tours. Du coup, pour vous, ça serait une ferme dans les années 70 ?
Piers Faccini : Voilà, complètement !
 

Retrouvez l’actualité de Piers Faccini sur Facebook, Twitter, Instagram et sur son site officiel.

Dans la même catégorie :

%d blogueurs aiment cette page :